mardi 1 novembre 2016

Trêve hivernale et expulsion : "loi Abbé Pierre".

Dessiné et gravé par Claude Andreotto
D´après une photo de S. Godefroy



source phila-ouest

Le combat de l’abbé Pierre a aussi permis l’adoption d’une loi interdisant l’expulsion de locataires pendant la période hivernale.

Un répit de cinq mois commence pour les ménages ayant fait l'objet d'un "commandement de quitter les lieux". La traditionnelle trêve hivernale a débuté mardi 1er novembre au matin, rendant impossible toute expulsion locative jusqu'au 31 mars 2017. A cette occasion, la Fondation Abbé Pierre a publié jeudi son bilan annuel des expulsions. En 2015, 67 406 ménages avaient fait l'objet d'un tel "commandement" à la suite d'une décision de justice prononçant l'expulsion, selon les chiffres de la fondation. source france info



lundi 31 octobre 2016

Le pape en Suède pour consolider la réconciliation avec les protestants

Dessiné et gravé par Jean Pheulpin 
D´après un portrait de Lucas Cranach
source Phil-Ouest

"Luther a fait un grand pas pour mettre Dieu dans les mains du peuple" souligne le pape François à propos du réformateur qui traduisit la Bible en allemand.

Le pape François a quitté Rome lundi matin pour la Suède où il doit commémorer côte à côte avec les protestants le 500° anniversaire de la Réforme de Martin Luther, une participation symbolique venant consolider 50 ans d'efforts en vue d'une délicate réconciliation. Le 31 octobre 1517, le moine catholique allemand Martin Luther s'en prend au commerce par le pape des "indulgences", pour le pardon des péchés et un accès facilité au paradis, placardant ses "95 thèses" sur la porte d'une chapelle de Wittenberg (sud de Berlin). Il est excommunié et cette rupture entraînera des guerres religieuses sanglantes dans les décennies suivantes. La présence du pape au coup d'envoi d'une année complète d'événements autour de Luther (notamment en Allemagne) suscite l'enthousiasme de tous ceux qui prônent l'unité des chrétiens dans un monde de plus en plus sécularisé.
source leparisen.fr



mardi 24 novembre 2015

Journée internationale de la Bible, le 24 novembre

Dessiné et gravé par Jean Pheulpin
D´après un portrait de Lucas Cranach


Martin Luther est né le 10 novembre 1483 à Eisleben (Saxe) il fait ses études primaires chez les moines puis entre à l'Université d'Erfurt capitale de la Thuringe. A 22 ans lors d'un violent orage il fait le serment à Dieu de se faire moine s'il en réchappe, rescapé il tint promesse et se fit moine en 1505 à Erfurt. Il est ordonné prêtre en avril 1507, il est docteur en théologie en 1512 et est nommé professeur de théologie à l'Université de Wittemberg (Saxe). Son enseignement s'appuie beaucoup sur la bible qu'il traduit alors en allemand pour la rendre plus accessible à tous. C'est d'ailleurs cette traduction qui sera le vecteur de l'unification des langues allemandes de l'époque grâce à sa récente invention, l'imprimerie.


La journée internationale de la Bible est une initiative originaire des Etats-Unis et plus particulièrement de l'association de la Bible qui a souhaité promouvoir cette journée à partir du 24 novembre 2014. Il faut bien garder à l'esprit cette origine américaine pour comprendre cette journée dont le but est d’encourager la lecture de la Bible. L'intention affirmée est clairement prosélyte et les organisateurs n'hésitent pas à affirmer qu'il s'agira également d'une occasion de réunir ceux qui aiment Dieu et veulent Le remercier. Une autre journée mondiale fait une référence explicite à la bible. Il s'agit de la Journée mondiale de la traduction fêtée le jour de la Saint Jérôme, saint patron des traducteurs et premier traducteur de la bible en latin.

vendredi 6 novembre 2015

Le sacrifice d'Abraham, tapisserie d'Aubusson

© Cité internationale de la tapisserie/Claire Tabbagh/Manzara

La ligature d'Isaac (hébreu עֲקֵדַת יִצְחַק, Akedát Yitzhák ou עֲקֵידָה Akedah ; arabe ذبح Dhabih), aussi connu sous le nom de sacrifice d'Isaac ou sacrifice d'Abraham), est un épisode biblique, dans lequel Dieu demande à Abraham de lui offrir son fils Isaac en holocauste sur le Mont Moriah. l'événement, rappelé quotidiennement dans la liturgie juive, est commémoré lors du nouvel an juif, du 10 au 13e dhou al-hijja dans le calendrier musulman et fixé symboliquement le 25 mars (correspondant à la fête de l'Annonciation) dans la tradition chrétienne occidentale. Dʹaprès Wikipédia


mercredi 4 novembre 2015

4 novembre, fête de Saint Amans de Rodez, premier évêque de Rodez, fête locale.

Dessiné par André Spitz
Gravé par Michel Monvoisin

Il reçut la mission de restaurer son diocèse de Rodez dévasté par les Barbares. "L'erreur s'abîme sous le poids de la vérité qui l'accable" chante l'hymne de sa fête. Saint Martial avait été l'évangélisateur, saint Amans fera une nouvelle évangélisation. Il redressait les fautes avec patience et douceur, toujours prêt à pardonner le mal qui lui était fait par ces diocésains retournés au paganisme. Rodez, le pays des ruthènes, vers la fin du IVe siècle, est envahi d'idoles en tout genre. Les divinités locales et les dieux romains prolifèrent. Dans ce milieu hostile, Amans avec courage, annonce la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ. Dieu leur est un illustre inconnu. Peu à peu, une Eglise naît en Rouergue. Amans en sera le premier évêque. Il sera canonisé.

sources:

mardi 3 novembre 2015

3 novembre, fête de la Saint Hubert de Liège

Belgique, 1977


Hubert de Liège, l'un des saint Hubert (entre 656 et 658, Toulouse, †30 mai 727) est un saint chrétien, évêque de Tongres et de Maastricht. Il est fêté le 3 novembre en Orient et en Belgique, le 30 mai en France. Il est également le saint patron de la ville belge de Liège, saint patron de la chasse et des forestiers.



La vision de saint Hubert
Depuis le XV° siècle on dit que le seigneur Hubert était si passionné de chasse qu'il en oubliait ses devoirs. La légende rapporte qu'il n'avait pu résister à sa passion un Vendredi saint, et n'ayant trouvé personne pour l'accompagner, était parti chasser sans aucune compagnie. À cette occasion, il se trouva face à un cerf extraordinaire. En effet, celui-ci était blanc et portait une croix lumineuse au milieu de ses bois. Hubert se mit à pourchasser le cerf mais celui-ci parvenait toujours à le distancer sans pour autant se fatiguer. Ce n’est qu’au bout d’un long moment que l'animal s’arrêta et qu’une voix tonna dans le ciel en s’adressant à Hubert en ces termes : Hubert! Hubert! Jusques à quand poursuivras-tu les bêtes dans les forêts? Jusques'à quand cette vaine passion te fera-t-elle oublier le salut de ton âme ? Hubert, saisi d'effroi, se jeta à terre et humblement, il interrogea la vision : Seigneur ! Que faut-il que je fasse ? La voix reprit : Va donc auprès de Lambert, mon évêque, à Maastricht. Convertis-toi. Fais pénitence de tes péchés, ainsi qu'il te sera enseigné. Voilà ce à quoi tu dois te résoudre pour n'être point damné dans l'éternité. Je te fais confiance, afin que mon Église, en ces régions sauvages, soit par toi grandement fortifiée. Et Hubert de répondre, avec force et enthousiasme : Merci, ô Seigneur. Vous avez ma promesse. Je ferai pénitence, puisque vous le voulez. Je saurai en toutes choses me montrer digne de vous !


jeudi 29 octobre 2015

29 octobre 1709 : expulsion des religieuses de Port-Royal des Champs.



L'abbaye féminine de Port-Royal, située en vallée de Chevreuse, fut fondée en 1204 et devint cistercienne en 1225. A la fin du XVIe siècle, elle entra dans l'orbite des Arnauld, famille de magistrats parisiens. A partir de la fameuse "Journée du Guichet" de 1609, la jeune Mère Angélique Arnauld, influencée par le milieu dévôt issu de la Contre-Réforme catholique et en particulier par François de Sales, Vincent de Paul puis l'abbé de Saint-Cyran, entreprit de moraliser les moeurs de son monastère. Avec sa soeur Agnès qui fut également supérieure du couvent, Angélique Arnauld marqua profondément Port-Royal jusqu'à sa mort en 1661. Pour fuir le climat insalubre du vallon, les deux soeurs déménagèrent les religieuses en 1625 dans un nouveau couvent qu'elles firent construire à Paris (aujourd'hui la maternité de l'hôpital Cochin). Sous l'influence de Jean Duvergier de Hauranne, d'Antoine Singlin et d'Antoine Arnauld, Port-Royal devint d'autant plus un foyer de jansénisme que sur le site abandonné des Champs s'installèrent les Solitaires, laïcs austères désireux de vivre leur foi en retrait du monde et fortement marqués par la théologie augustinienne. Ceux-ci menèrent une expérience inédite d'enseignement, les "Petites Ecoles", dont bénéficia notamment le jeune Jean Racine.

source : Bibliothèque de la Société de Port Royal